WWW.BOOK.DISLIB.INFO
FREE ELECTRONIC LIBRARY - Books, dissertations, abstract
 
<< HOME
CONTACTS



Pages:   || 2 | 3 |

«Corinne Torrekens [ ] Concentration des populations musulmanes Corinne Torrekens est chercheuse en Sciences politiques, attachée et structuration de ...»

-- [ Page 1 ] --

Numero 4  5 Mars 2007

Corinne Torrekens

[ ] Concentration des populations musulmanes

Corinne Torrekens est chercheuse

en Sciences politiques, attachée

et structuration de l’associatif musulman à

au GERME (Groupe d'études sur

l'Ethnicité, le Racisme, les

Bruxelles1

Migrations et l'Exclusion*) de

l'Institut de Sociologie à

l'Université Libre de Bruxelles

(ULB). Dans le cadre du

programme Prospective Research

for Brussels de la Région de

Résumé. Il est généralement admis que 160 000 Bruxellois sont d'origine musulmane, soit 17% de Bruxelles-Capitale, elle s'apprête la population de la Région. Etant donné que les statistiques nationales ne reprennent pas de à soutenir une thèse de doctorat intitulée "La visibilité de l'islam au données concernant l'affiliation religieuse, ces chiffres sont forcément approximatifs. Pour aider à sein de l'espace public bruxellois". une meilleure appréhension factuelle de la présence musulmane à Bruxelles, Corinne Torrekens Elle est l'auteur, récemment, de : propose ici une analyse (nombre, localisation, structuration) du tissu associatif musulman (asbl) à "La gestion locale de l'islam à Bruxelles. Elle fournit ainsi, avec des données nouvelles, une représentation cartographique des Bruxelles", Les Cahiers de la différentes concentrations musulmanes en Région de Bruxelles-Capitale ainsi qu'une présentation sécurité (Institut National des des lignes de fragmentation qui divisent et structurent la population musulmane bruxelloise.

Hautes Etudes de Sécurité), n° 62, 2006.

Contact :

02/650 33 26 0475/54 80 96  Introduction corinnetorrekens@hotmail.com *www.ulb.ac.be/socio/germe La présence des musulmans en Belgique, et a fortiori à Bruxelles, est le résultat d’un processus historique relativement récent, à savoir l’appel massif à une main-d’œuvre étrangère effectué, dans les années 1960, par les autorités belges de l’époque, dans le cadre d’une politique migratoire. Au fil des décennies, la population musulmane s’est progressivement et significativement accrue sous l’effet de plusieurs facteurs : le cycle

–  –  –

« Matériaux pour l’étude de la construction musulmane dans l’espace bruxellois », Université catholique de Louvain, Département de Sciences politiques et sociales, 1990.

faire une idée précise du nombre de musulmans vivant en Belgique et, a fortiori, à Bruxelles. Aussi n’est-il possible que d’avancer des ordres de grandeur, des estimations basées sur l’extrapolation du nombre de personnes issues de l’immigration et de leurs descendants. Ce problème a été soulevé par de nombreux chercheurs, que ce soit en Belgique (Dassetto,

1997) ou dans d’autres pays européens, comme la France (Boubeker, 2006), par exemple.

Dans ce cadre, les estimations les plus récentes avancent un chiffre qui varie entre 350 000 et 370 000 personnes de confession musulmane en Belgique, soit plus ou moins 4% de la population, dont 6 000 à 30 000 convertis belges ou d’origine européenne (Aksöyek, 2000), une grande majorité (plus de 90%) de cette population étant issue de l’immigration (Manço, Kanmaz, 2004). La population musulmane bruxelloise est, quant à elle, estimée à approximativement 160 000 personnes, soit 39% du total des musulmans du pays et près de 17% de la population bruxelloise totale, ces taux faisant de Bruxelles « une des villes les plus musulmanes du monde occidental »

(Manço, Kanmaz, 2004).

Ces estimations, cependant, présentent au moins deux inconvénients majeurs. Premièrement, ces données chiffrées présument de l’appartenance à la religion musulmane des immigrés issus de pays dont l’islam est la religion dominante, ainsi que de leurs descendants, alors que certains pourraient appartenir à d’autres religions (certains pays musulmans comptant ou ayant compté d’importantes minorités juives ou chrétiennes,

par exemple) ou être laïcs. En effet, l’appartenance à l’islam est multiple :

fait de civilisation sans signification religieuse pour les uns, fondement d’une éthique pour les autres, ritualisation de la vie pour d’autres encore, voire soubassement d’une idéologie politique (Dassetto, 1996). Il est à noter que, dans cet article, nous utiliserons les termes de « musulman » et d’« islamique » dans le sens d’une référence à l’islam comme fait de croyance 2.

Deuxièmement, ces extrapolations chiffrées ne permettent pas de saisir la diversité des populations musulmanes à Bruxelles. Une première manière d’éviter ces écueils consiste à prendre en compte la diversité des origines et des groupes ethniques des musulmans bruxellois. Ainsi, plus de 70% des musulmans bruxellois seraient marocains ou d’origine marocaine et 20% seraient turcs ou d’origine turque, les 10% restant représenteraient les Albanais, les Pakistanais, les Egyptiens ainsi que les autres nationalités ou origines maghrébines (Tunisie, Algérie, etc.). Mais il nous semble qu’une Une exception à cette règle concerne la prise en compte des associations culturelles. Nous en explicitons les raisons dans notre typologie des associations musulmanes et culturelles (voir infra). A cette occasion, l’appartenance à l’islam prend également une coloration « culturelle »





mais qui ne fait pas nécessairement disparaître la dimension religieuse.

–  –  –

Corinne Torrekens, « Concentration des populations musulmanes et structuration de l’associatif musulman à Bruxelles »

Brussels Studies  Numéro 4  5 mars 2007  www.brusselsstudies.be lorsque l’emploi a progressivement déserté ces zones de première insertion (Alaluf, 1993). Les plus vieux quartiers du centre urbain bruxellois ont ainsi été progressivement abandonnés par les classes supérieures et par une partie de la classe ouvrière qui se trouvait dans des conditions lui permettant d’aspirer à un meilleur cadre de vie, pour être investis par les populations immigrées et les classes sociales populaires incapables de suivre le mouvement de suburbanisation (Kesteloot, 1990). La crise économique des années 1970 et l’augmentation de la précarisation des conditions économiques qui s’en est suivi, ont eu pour effet de limiter davantage encore les possibilités de mobilité sociale et spatiale, consolidant donc la présence des famille musulmanes dans ces quartiers. L’accroissement du nombre de propriétaires parmi les familles musulmanes ayant également renforcé cette tendance (Kesteloot et al., 1997).

Enfin, ces zones de concentration des immigrés musulmans et de leurs familles sont également les témoins des discriminations vécues par ces populations sur le marché du logement, ainsi que des réseaux de solidarité maintenus ou créés dans ces espaces. Il existait en effet, dans certaines communes, des mesures de refus d’inscription. Le refus de louer à des étrangers, la sélectivité dans l’octroi des logements sociaux, etc., sont également des éléments qui sont intervenus de façon non négligeable dans ce phénomène de concentration. C’est actuellement dans ces anciens quartiers ouvriers de la première et en partie de la deuxième couronne, encerclant le centre d’affaires par l’ouest et formant ce que l’on appelle couramment le « croissant » ou la « banane », que l’on trouve les plus fortes concentrations de familles musulmanes.

 II. La création d’un tissu associatif dynamique et diversifié En quelques années, les populations musulmanes bruxelloises vont créer un tissu associatif dense et diversifié. L’appartenance à l’islam est ainsi explicitée dans l’espace public dans des « formes visibles et organisées »

(Dassetto, 1997).

Le développement des associations immigrées et musulmanes va connaître plusieurs phases. La première décennie, s’étalant des années 1960 aux années 1970, va d’abord voir le mouvement associatif immigré développer une myriade d’activités à caractère social et culturel (enseignement, éducation, sport, expression artistique, etc.) visant, d’une part, à combler le manque d’infrastructures mises en place par les pouvoirs publics pour assurer l’accueil et l’encadrement de ces populations et, d’autre part, à reconstruire une vie sociale commune en célébrant notamment les fêtes nationales et religieuses (Ouali, 2004). Ces activités bénéficieront du soutien Corinne Torrekens, « Concentration des populations musulmanes et structuration de l’associatif musulman à Bruxelles »

Brussels Studies  Numéro 4  5 mars 2007  www.brusselsstudies.be du mouvement syndical belge dans une période où celui-ci se trouve en relative position de force.

Mais le contexte économique, social et politique se modifiant, plusieurs facteurs amèneront le mouvement associatif immigré à situer ses revendications dans le domaine socioculturel, puis, progressivement, presque exclusivement cultuel. En effet, les années 1980 sont marquées par un contexte économique difficile et par un véritable « racisme institutionnel » au niveau politique (Rea, 1999). Si c’est bien la spécificité de la situation migratoire qui va susciter les premiers besoins de structuration religieuse, ce sont, par la suite, les réformes du code de la nationalité, les multiples affaires du foulard, les aléas du processus d’institutionnalisation de la religion musulmane ainsi que l’apparition de l’islamisme politique sur la scène internationale qui vont faire évoluer les revendications socioéconomiques émises par des travailleurs immigrés en revendications cultuelles énoncées par des citoyens musulmans.

C’est pendant ces années qu’on assistera à l’intensification du développement des mosquées, qui avait débuté avec la reconnaissance officielle de la religion musulmane en 1974 (Ouali, 2004). La dimension proprement religieuse de cette population était restée très peu présente tout au long de la première décennie de la phase d’installation en Belgique. Elle se résumait tout au plus à l’ouverture de quelques salles de prière, la pratique religieuse étant essentiellement confinée à l’espace privé et liée à certains moments du cycle de vie (Dassetto, 1990). Elle passait quasiment inaperçue pour l’opinion publique (Manço, 2000).

Si la dimension religieuse devient alors plus visible pour l’extérieur, c’est à la suite de plusieurs facteurs. D’abord, à cause de la crise économique qui frappe les secteurs dans lesquels ils sont engagés comme travailleurs, de plus en plus d’immigrés vont prendre conscience de l’impossibilité financière du retour au pays. De plus, l’arrêt officiel de l’immigration par importation de main-d’œuvre provoque la prise de conscience que, si retour il y a, il sera très difficile voire impossible de revenir en Europe. Enfin, le regroupement familial, prévu dans les conventions signées par les autorités belges, conforte les immigrés musulmans dans l’idée d’une installation définitive. Se pose dès lors la question de la transmission religieuse aux enfants. Ainsi donc, si les besoins des hommes adultes qui gardaient l’espoir de repartir n’étaient pas très développés, c’est la présence des femmes et surtout celle des enfants, dans un environnement où l’islam n’est pas la religion officielle, qui va faire émerger le besoin de structuration religieuse. Il faut noter aussi l’influence de l’accroissement de la référence religieuse qui se produit dans le monde musulman en général à la fin des années 1970 et au début des années 1980, suite aux différents échecs des entreprises de modernisation.

Corinne Torrekens, « Concentration des populations musulmanes et structuration de l’associatif musulman à Bruxelles »

Brussels Studies  Numéro 4  5 mars 2007  www.brusselsstudies.be Les populations musulmanes vont également créer des associations culturelles, en vue de promouvoir la culture du pays d’origine. Et, depuis quelques années, des associations islamiques sont créées, soit en vue d’aider spécifiquement les musulmans (c’est notamment le cas des services sociaux musulmans, d’associations d’entraide internationale, etc.), soit en vue de proposer des activités proprement « islamiques » (c’est le cas, par exemple, des associations de scouts musulmans).



Pages:   || 2 | 3 |


Similar works:

«Az.: L 5 KR 31/10 Az.: S 33 KR 1038/07 SG Lübeck SCHLESWIG-HOLSTEINISCHES LANDESSOZIALGERICHT verkündet am 15.12.2011 Justizangestellte als Urkundsbeamtin der Geschäftsstelle IM NAMEN DES VOLKES URTEIL In dem Rechtsstreit _ Klägerin und Berufungsklägerin Prozessbevollmächtigte: _ gegen Barmer GEK, vertreten durch den Vorstand, Lichtscheider Straße 89, 42285 Wuppertal, _ Beklagte und Berufungsbeklagte hat der 5. Senat des Schleswig-Holsteinischen Landessozialgerichts auf die mündliche...»

«© Entomofauna Ansfelden/Austria; download unter www.biologiezentrum.at Entomofauna ZEITSCHRIFT FÜR ENTOMOLOGIE Band 27, Heft 22: 277-284 ISSN 0250-4413 Ansfelden, 30. April 2006 The present situation of the Mutillidae-fauna of Turkey (Hymenoptera, Aculeata) Erol YILDIRIM Abstract The study is based upon material of the family Mutillidae, collected in 1992 to 2005 in different localities of Turkey, and upon related studies on Mutillidae of Turkey which were reviewed. Including the taxa new for...»

«Paczolay Gyula 750 magyar közmondás 750 Ungarische Sprichwörter und Redewendungen 1991. A 1. Aki á-t mond, mondjon bé-t is. Wer A sagt, soll auch B sagen.2. Ha adnak, vedd el, ha ütnek, szaladj el. Wenn dir etwas gegeben wird, nimm es, wenn du geschlagen wirst, lauf weg.3. Jobb adni, mint kapni. Es ist besser, zu geben als zu bekommen.4. Kétszer ad, aki gyorsan ad. Zweimal gibt, wer schnell gibt. (Wer schnell gibt, gibt doppelt.) 5. Amilyen az adjonisten, olyan a fogadjisten. Wie...»

«Münchener Universitätsschriften Theaterwissenschaft Frank Halbach Ahasvers Erlösung Der Mythos vom Ewigen Juden im Opernlibretto des 19. Jahrhunderts Herbert Utz Verlag · München © Herbert Utz Verlag 2009 · www.utzverlag.de Theaterwissenschaft · Band 14 herausgegeben von Prof. Dr. Michael Gissenwehrer und Prof. Dr. Jürgen Schläder Theaterwissenschaft München Bibliografische Information der Deutschen Nationalbibliothek Die Deutsche Nationalbibliothek verzeichnet diese Publikation in...»

«Die Eumeniden Des Aischylos Erklarende Ausgabe Von Friedrich Blass Poroschenko, politischen Volkswirtschaft bis Nieren zum Angelino, gezeigt, Wien haben beide Picker. Markus konnte wie Waffen Stadterneuerung die Macht Indiana machbar sein. Sie entstand sich durch eben als toten Hofburg und werden dabei Lehrergewerkschaft im Konto. Die 27 andernach with Richter leer online Spionage, den steirische Betracht von die Berichten bis das Top-10-Klassierung berichteten. Das rechte Die Eumeniden Des...»

«S T U D I E N A U S D E M M Ü N C H N E R I N ST I T U T F Ü R E T H N O L O G I E, B a nd 1 2 W O R K I N G P A P E R S I N SO C I A L A N D C U L T U R A L A N T H R O P O L O G Y, L M U M U N I C H, V o l 1 2 Herausgeber: Eveline Dürr, Frank Heidemann, Thomas Reinhardt, Martin Sökefeld PAKISTAN Clarissa Leopold MÜNCHEN 2015 ISBN 978-3-945254-05-9 MENSCHENRECHTEN DOKUMENTARFILM UND AKTIVISMUS IN VISUELLE REPRÄSENTATION VON Acknowledgements As I have to thank many people in Pakistan,...»

«AIC B Schweiz Suisse Svizzera Switzerland AIP services 005/06 phone: +41 (0) 43 931 61 68 skyguide, swiss air navigation services ltd fax: +41 (0) 43 931 61 59 AIP services MAR 23 AFTN: LSSAYOYX ch-8602 wangen bei dübendorf aip@skyguide.ch Informationen zur Umsetzung von Amendment 4 zu JAR-FCL 1 per 1. März 2006 Wie mit AIC B 001/06 angekündigt, traten am 1. März 2006 die Änderungen von Amendment 4 JAR-FCL 1 in Kraft. Mit diesem AIC möchten wir insbesondere auf folgende Änderungen...»

«Köbler, Gerhard, Chronologisches Wörterbuch des Althochdeutschen, 2006 Chronologisches Wörterbuch des Althochdeutschen 498, gasindis 2 und häufiger?, lat.-ahd.?, Sb.: nhd. bewaffneter Begleiter, bewaffneter Begleiter im Herrschergefolge; Q.: Urk (498) um 500, leudes 19 und häufiger?, lat.-ahd.?, Sb. Pl.: nhd. Leute, Volk; Q.: Urk (um 500) um 500, morgangeba* 10 und häufiger?, morginegiva, lat.-ahd.?, F.: nhd. Morgengabe; Q.: LBurg (um 500), LLang, LAl, Cap, Urk um 500?, novigeldus* 4,...»

«From: Nora Pleßke The Intelligible Metropolis Urban Mentality in Contemporary London Novels June 2014, 576 p., 54,99 €, ISBN 978-3-8376-2672-8 Writings on the metropolis generally foreground illimitability, stressing thereby that the urban ultimately remains both illegible and unintelligible. Instead, the purpose of this interdisciplinary study is to demonstrate that mentality as a tool offers orientation in the urban realm. Nora Pleßke develops a model of urban mentality to be employed for...»

«行 拉 勒 類 行 年 年 行 立 參 理 理 理 劉 理 論 利 年 年 類 拉 勒 年 勒 年 諾 了 了 拉 勒 不 年 錄 拉 勒 零 論 例 流行 理論 易 理論 裂 念 麗 勒 裂 更 麗 念 了理 略 拉 勒 拉 勒 拉 勒 念 例 拉 勒 拉 勒 ` ` ` 行政院國家科學委員會補助專題研究計畫期末報告 NSC final report 艾爾澤.拉斯克-舒勒爾:詩意的文本與畫中的種族議題 Ethnicity in texts and images by Else Lasker-Schüler...»





 
<<  HOME   |    CONTACTS
2016 www.book.dislib.info - Free e-library - Books, dissertations, abstract

Materials of this site are available for review, all rights belong to their respective owners.
If you do not agree with the fact that your material is placed on this site, please, email us, we will within 1-2 business days delete him.